Laurie Denommée, étudiante-athlète exemplaire | Alliance Sport-Études

Nom : Laurie Denommée
Âge : 19
Sport: Gymnastique artistique
Lieu d’entraînement : Gym plus
Établissement scolaire : Cégep à distance
Programme d’études : Sciences humaines profil individu
Meilleur résultat en carrière : 2e à la poutre et 3e au sol en finale à la Coupe du monde de Guimarães, au Portugal.

Qu’est-ce qui t’a menée vers la gymnastique et quand as-tu réalisé que tu voulais pratiquer ce sport à un haut niveau?
Lorsque j’étais plus jeune, mes parents m’ont inscrit à plusieurs sports. Je faisais entre autres de la gymnastique, du soccer et du ski. J’ai moins apprécié le ski alors j’ai poursuivi avec les deux autres. Vers l’âge de 9 ans, les heures d’entraînement ne me permettaient plus de faire les deux sports en même temps alors j’ai dû choisir. J’avais plus de potentiel en gymnastique, alors j’ai décidé de poursuivre dans ce sport. C’est à ce moment que j’ai réalisé que je voulais me dédier à 100% à la gymnastique et essayer de me rendre loin.

À quoi ressemble une semaine typique d’une athlète en gymnastique?
Du lundi au vendredi, je m’entraîne le matin. Je débute mon entraînement dans la salle de gymnastique et lorsque j’ai terminé, je fais une séance de musculation. Après mon entraînement, je retourne à la maison pour faire mes devoirs d’école. Je fais l’école à distance donc tous mes cours se font à l’ordinateur, seule. C’est aussi dans l’après-midi que je prends mes rendez-vous chez le physiothérapeute, massothérapeute, chiropraticien, etc. Le soir, j’en profite surtout pour me relaxer et regarder des séries. Parfois je m’entraîne aussi le samedi matin. Le dimanche est une journée pour voir mes amis et faire des activités.

 

Comment te prépares-tu pour une compétition importante?
Avant une compétition importante, je m’assure d’être au « top » de ma forme. Donc, je prends de nombreux rendez-vous chez le physio, masso et chiro, afin d’être certaine que mes blessures soient contrôlées. Le volume d’entraînement augmente aussi donc je m’assure de bien manger et de bien me reposer pour avoir des entraînements efficaces.

Quel résultat sportif te rend le plus fière et pourquoi?
Je suis extrêmement fière d’avoir été nommée sur l’équipe canadienne lors des championnats du monde de 2018. Malheureusement, je me suis blessée le jour avant le départ ce qui ne m’a pas permis d’y participer. Sinon, lors de ma première Coupe du monde à vie, au Portugal en 2018, j’ai remporté une médaille d’argent à la poutre et une médaille de bronze au sol, en plus de m’être qualifiée pour toutes les finales. Je ne m’y attendais pas du tout et c’est ce qui me rend encore plus fière. J’allais à cette compétition pour acquérir de l’expérience et j’en suis revenue avec de bons résultats, j’étais donc très contente.

 

 

Tu étudies en sciences humaines au Cégep à distance. Quel métier aimerais-tu faire après ta carrière sportive?
J’hésite énormément entre policière et avocate. J’aime beaucoup ce qui concerne la loi et ce sont deux métiers que je respecte énormément. Pour le moment, c’est le métier d’avocat qui m’intéresse le plus.

Quelles stratégies utilises-tu pour concilier ton sport et tes études?
Puisque je fais l’école à distance, je dois être très disciplinée et motivée à faire mes devoirs. En effet, je m’inscris à des cours et j’ai 6 mois pour les compléter. Il n’y a aucune autre date d’échéance qui m’oblige à faire mes travaux de manière régulière. Ainsi, je dois être assidue et faire mes échéanciers moi-même. Je me suis donc créé un horaire et je m’oblige à le respecter. Je fais généralement mes travaux suite à mes entraînements, lorsque je retourne chez moi. Lorsque je pars en compétition, puisque je ne connais pas l’horaire des journées d’avance, je ne peux pas me faire un horaire donc dès que j’ai du temps libre, je m’oblige à faire des devoirs. De ce fait, je m’avance même en compétition.

Quels sont tes objectifs pour la prochaine saison?
Mes objectifs pour la prochaine saison sont de me remettre en forme. Effectivement j’ai subi quelques blessures récemment et avant de retourner en compétition, je dois les guérir. Ensuite, je veux faire le plus de compétitions possible et y obtenir de bons résultats afin de me tailler une place pour la qualification des Jeux Olympiques.

Tu prendras possession du compte Instagram de l’Alliance Sport-Études le 20 février. Que comptes-tu nous faire
découvrir?
Je compte vous faire découvrir la vie d’une athlète de gymnastique artistique de haut niveau dans sa vie de tous les jours. Ses entraînements, ses études, ses moments de récupération, etc. De plus, contrairement à quelques athlètes en sport-études, je fais mes études à distance.  Cela peut donc faire changement et être intéressant à présenter.