PASCAL DION, PATINEUR DE VITESSE SUR COURTE PISTE ET ÉTUDIANT À L'UQAM | Alliance Sport-Études

Âge : 24 ans
Sport : Patinage de vitesse courte piste
Lieu d’entraînement : Montréal
Entraîneur : Éric Bédard
Établissement scolaire : UQAM
Programme d’études : Intervention en activité physique
Meilleur résultat en carrière : BRONZE (relais 5000 m)  aux Jeux olympiques de Pyeongchang 2018

1. Tu pratiques le patinage de vitesse sur courte piste depuis l’âge de 6 ans mais tu fais également plusieurs autres sports dans tes temps libres. Qu’est-ce que le courte piste t’apporte de plus que toutes les autres disciplines?

Je n’ai jamais trouvé un sport qui m’apportait autant d’adrénaline que le patin de vitesse. Rien ne peut égaler ce qu’on peut ressentir lors d’une course. J’apprécie aussi le fait que ce soit un sport individuel mais que l’entraînement en équipe soit essentiel pour devenir meilleur. J’aime pratiquer plusieurs autres sports dans mes temps libres, mais le patin de vitesse restera toujours ma passion.

2. Quel impact tes médailles aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde ont eu sur ta vie en général?

Je n’ai pas remarqué de changement par rapport à mon quotidien à l’entrainement. La plus grande différence que j’ai constatée est lorsque j’ai commencé à faire des entrevues et des conférences pour des jeunes sportifs, par exemple dans les écoles. J’ai réalisé que je pouvais avoir une influence sur leur vie et que je pouvais jouer un rôle de modèle pour eux, ce qui me motive encore plus à performer dans mon sport.

3. En 2014, tu as subi une importante blessure au dos, peux-tu nous parler des défis que tu as eu à surmonter après ton accident?

Le défi a surtout été de ne pas perdre confiance en moi et de revenir en force pour la saison suivante. En revenant de ma blessure après environ 4 mois de réhabilitation, j’étais plus motivé que jamais à retourner sur la glace et à m’entrainer pour faire un retour en force.

4. Lorsque la saison de compétitions arrive, comment parviens-tu à t’organiser au niveau scolaire?

Dès le début de l’année scolaire, je m’assure d’abord que mes professeurs sont au courant de ma situation et j’essaie toujours de connaître mes dates d’examens le plus tôt possible. Cela me permet d’organiser mes périodes d’études en prenant compte de mes nombreuses heures d’entrainement et de mes compétitions. Il faut planifier pour bien réussir.

5. Tu as récemment reçu une bourse de la Fondation Sport-Études pour ta réussite académique et sportive. Pourquoi est-ce important pour toi de concilier le sport et les études?

La conciliation sport-études est très importante pour moi, car ça me permet d’avoir un équilibre dans ma vie plutôt que d’être uniquement concentré sur le patin. J’aime aussi le fait d’avoir un plan d’avenir qui m’assure qu’en arrêtant le patin, je saurai vers où aller.

6. Quel conseil donnerais-tu à un étudiant-athlète qui débute ses études postsecondaires?

Assure-toi d’être bien organisé puisqu’avec la fatigue de l’entrainement, c’est difficile d’étudier à la dernière minute avant un examen. Prends aussi le temps d’informer tous tes professeurs de ta situation.

7. Tu es également entraîneur au club de patinage de vitesse de Pointe-aux-Trembles. Quelles valeurs veux-tu transmettre aux jeunes athlètes?

J’aimerais leur transmettre une valeur qui m’a été transmise lorsque j’étais jeune, celle de toujours croire en soi et que tous les rêves sont réalisables si on travaille fort pour les atteindre.

8. Quels sont tes objectifs pour la saison 2018-2019?

Pour la saison 2018-2019, j’aimerais commencer le nouveau cycle olympique en force en participant à toutes les compétitions internationales et en me démarquant davantage sur les distances individuelles.